C’était une grise matinée d’octobre 2011 et j’ai été présenté aux collaborateurs de swiss unihockey comme suit : « Voici Daniel Kasser. Beaucoup ont des craintes parce que Daniel ne vient pas du unihockey, mais nous pensons qu’il est de toutefois à la hauteur du poste de directeur général du Championnat du monde 2012 ». Il avait dit « toutefois » – une partie de moi aurait aimé repartir tout de suite. Certains des collaborateurs m’ont semblé fatigués et lassés. A côté des affaires courantes, ils étaient encore en train d’organiser le Championnat du monde de unihockey féminin à Saint-Gall qui allait avoir lieu prochainement. Pas étonnant que ce personnel ne soit pas particulièrement intéressé par les Mondiaux à domicile de l’année suivante, et encore moins par la personne qui en sera responsable.

L’une des tâches les plus importantes pour moi serait donc de motiver l’équipe à organiser le Championnat du monde masculin immédiatement après avoir terminé le Championnat du monde féminin. Et j’ai alors complètement raté la coche.

À l’époque, j’avais 27 ans et je revenais d’une année passée au sein de l’équipe de la NFL, les Seahawks de Seattle, fasciné et inspiré par la manière américaine de mettre en scène le sport et les événements. Poussé à faire de même en Suisse. Avec le unihockey.

En janvier 2012, j’ai invité toute l’équipe au Hallenstadion à Oerlikon. Avant de leur faire visiter l’arène du week-end final, j’avais prévu une présentation pour motiver les gens. Peut-être un peu comme Al Pacino dans l’épopée footballistique « Any Given Sunday », en tout cas c’était mon idée. La devise interne du Championnat du monde de unihockey féminin 2011 était « Un Championnat du monde pour les équipes ». Le sport d’abord, le divertissement ensuite.Mon tout premier slide disait « Mondiaux 2012 – Un Championnat du monde pour les spectateurs ». Le contraire du tournoi précédent.

Je me décrirais comme une personne pragmatique et plutôt réservée. Pourquoi donc ai-je pris l’épée à deux mains ? Probablement, après un départ poussif, je voulais prouver que j’avais quelque chose à offrir. Malgré (ou à cause de ?) mon manque de compétences en unihockey. En fait, c’était une bonne idée, mais avec une mise en œuvre stupide. Au lieu de débarquer sur le terrain comme Al Pacino avec une équipe très motivée comme prévu, nous sommes restés assis dans le vestiaire. Ceux qui étaient déjà sceptiques à mon égard me trouvaient encore plus insupportable et les autres se demandaient probablement à quoi cela servait.

Mais il y avait suffisamment d’arguments et d’opportunités pour les convaincre de mes idées. Sans grands mots et sans snober les autres opinions. Dans les années qui ont suivi, j’ai appris que le unihockey fonctionne exactement comme ça. Et c’est grâce à cela que le unihockey a du succès.

Le développement positif du sport est la priorité absolue unihockeyeurs. Lorsqu’il s’agit de décisions importantes, l’intérêt personnel est mis de côté pour favoriser le progrès. Il est préférable d’être un peu plus discret et de faire beaucoup de progrès ensemble. Cela se fait avec une bonne dose de confiance en soi, d’ouverture et d’esprit d’innovation, mais aussi avec humilité et respect. Ce serait la plus grande erreur du unihockey de renoncer à cette attitude. Avec la croissance de ces dernières années, il y a de nouvelles opportunités et donc aussi des tentations. Le unihockey va changer en conséquence. Mais les valeurs doivent rester les mêmes.

Presque 10 ans après le point bas du Hallenstadion, je me trouve en fait à un point similaire à celui de l’époque : dans environ un an, un événement majeur va être organisé. Les perspectives sont différentes cette fois-ci. Le budget est le triple de ce qu’il était en 2012, et le unihockey s’est énormément développé ces dix dernières années en termes de notoriété, de présence médiatique et d’importance politique. L’équipe est composée de professionnels expérimentés. Cela rend beaucoup de choses plus faciles, plus grandes et plus lumineuses. Mais les valeurs et l’attitude de base restent les mêmes. Ne vous reposez jamais, écoutez toujours, apprenez de vos erreurs et travaillez respectueusement à l’étape suivante pour tirer le maximum de tout. Si nous pouvons continuer à compter sur tout le monde, tout ira bien. Championnat du monde 2022 – un Championnat du monde pour tous.

Et que s’est-il passé après ma performance mémorable du début de l’année 2012 ? Dans les mois qui ont suivi, je me suis finalement arrangé avec la plupart des gens, d’une certaine manière, mais à des niveaux différents. Le divertissement est resté une question sensible jusqu’à la fin. Bien sûr, tout le monde n’aimait pas le « show » (oh oui, nous l’avions). Un grand quotidien, par exemple, a parlé de « beaucoup de brouhaha » et « d’animateurs comme des marchands surexcités ». Bon, après tout, la Suisse ce n’est pas tout à fait les États-Unis. Nous avons néanmoins maintenu l’expansion de la mise en scène et avons pu célébrer quelques succès avec elle ces dernières années. Mais ceci est une autre histoire.

Auteur

Daniel Kasser, Directeur général des Mondiaux 2022

Le Championnat du monde 2022 n’est pas son premier rodéo, comme on dit. Il a déjà occupé le rôle de directeur général lors du Championnat du monde 2012 et depuis, le unihockey n’a pas lâché Dani. Après 10 ans dans le secteur, dont 6 en tant que responsable du marketing et des événements, il a quelques bonnes histoires à partager avec nous.

WFC 2022 Actualités WFC 2022 Blog
WFC starts in
Days
Hours
Mins
Fermer