La professionnalisation du unihockey – beaucoup mentionnée, discutée et abordée avec philosophie, avec autant d’opinions que d’approches et d’idées. Personnellement, mais je ne connais pas les définitions exactes ou correctes, et je qualifierais donc notre sport de sport de compétition, mais pas de sport professionnel. Je me laisse volontiers démontrer le contraire. Je ne peux pas non plus citer de remède miracle qui permettrait au unihockey de devenir professionnel. En fin de compte, il n’existe pas une seule mesure, mais c’est plutôt la somme de nombreux petits changements qui peut faire avancer le unihockey suisse. Il ressort néanmoins du titre choisi quel pourrait être le facteur pour un changement durable pour le unihockey en Suisse.

Mais laissez-moi d’abord faire un pas en arrière. Qu’est-ce qui a changé exactement dans mon cas particulier ? Depuis 2021, je bénéficie de jusqu’à 100 jours de cours de répétition (CR) de l’Armée suisse. Cent jours pendant lesquels je suis « libéré » de la vie professionnelle, et donc de ma principale source de revenus. Ou plutôt, mon employeur est indemnisé monétairement par la Confédération pour mon absence. Pour moi personnellement, cela signifie concrètement :

Profiter des vacances et me reposer

Je commence volontairement par cette affirmation provocante. Avant de vous énerver, chers lecteurs, et de penser que les unihockeyeurs sont des paresseux qui ne font rien et se reposent sur le dos du contribuable, laissez-moi vous expliquer. Selon la loi sur le travail, les vacances servent à se reposer. Jusqu’à présent, mon « repos » consistait à donner le meilleur de moi-même lors des Czech Opens, des camps d’entraînement, des qualifications pour les Championnats du monde, des Euro Floorball Tours et des Mondiaux de unihockey. En 2018, j’ai investi chacun de mes jours de vacances pour ce sport et j’ai dû en payer le prix fort : maux de dos et grippe lors du Championnat du monde à Prague. Le fait d’avoir privé mon corps et mon esprit de repos durant toute l’année a fait des dégâts. Avec le soutien de l’armée, je peux m’accorder le repos qui me permettra ensuite d’être en forme au moment décisif et de donner le meilleur de moi-même.

Des entraînements spécifiques pour soigner les détails

Dans le cadre du programme militaire, j’ai bénéficié cet été d’un entraînement spécifique de « skills » à Andermatt. Avec des spécialistes, j’ai pu travailler sur des points qu’on oublie facilement dans l’entraînement quotidien. Pour moi, une étape importante vers la professionnalisation est l’accès à des spécialistes, même au niveau des clubs. Les joueurs peuvent énormément profiter des apports des entraîneurs mentaux, des « skill coaches » ou des entraîneurs en neuro-athlétisme. Chers clubs, ce n’est pas un reproche, nous voulons tous aller dans la même direction.

Une préparation ciblée pour les rassemblements

Le début d’un rassemblement de l’équipe nationale en semaine était souvent synonyme de stress pour moi. Les jours de congé et de vacances étaient rares et j’arrivais donc souvent au camp directement depuis le bureau, juste avec un petit snack acheté à la station-service. Grâce à l’armée, je peux désormais arriver au camp d’entraînement reposé, préparé et correctement nourri. Cela se voit aussi directement lors du premier entraînement, où je peux déjà me donner à 100% physiquement et mentalement.

Fini la « gueule de bois » des matchs internationaux

Après des matchs internationaux ou un Championnat du monde, on atterrit généralement le dimanche soir et on se retrouve plus ou moins en forme le lundi matin au bureau. La montagne de linge sale à la maison ne favorise pas non plus la motivation et le frigo est vide. C’est justement après un week-end de trois matchs internationaux intensifs ou une semaine de Mondiaux que le repos, la régénération et le sommeil seraient importants. Depuis cette année, je peux m’accorder ce jour de repos. Grâce à l’entraînement régénératif, à un sommeil suffisant et à une alimentation appropriée, je commence la journée de mardi avec beaucoup plus d’énergie. Cela ne satisfait pas seulement mon employeur, mais aussi le coach dans mon club.

En fin de compte, ce n’est pas l’entraînement technique ou la veille de rassemblement qui font la différence. Si je réfléchis au changement depuis janvier 2021, c’est l’ensemble des nombreux détails. « Ce ne sont que cinq minutes », ma phrase préférée. Mais ce sont justement les cinq minutes supplémentaires d’entraînement technique, les cinq minutes supplémentaires de mobilisation, etc. qui donneront au programme son succès.

A la fin, le tableau d’affichage indique si c’est un succès ou un échec. Mais on sait que l’assiduité à l’entraînement et le nombre de répétitions sur de nombreuses années sont en corrélation avec la réussite sportive. Personnellement, j’espère bien sûr que ces nouvelles conditions-cadres seront déjà efficaces à court terme. Dans l’idéal, dès le 4 décembre, lors du Championnat du monde à Helsinki.

Auteur

Luca Graf, Capitaine de l’équipe nationale

Luca fait partie intégrante de la Nati depuis 2013 et partage le rôle de capitaine avec Tim Braillard. Il vient de s’installer en Suède et jouera pour Sirius IBK la saison prochaine. Pour le blog WFC 2022, Luca est le « correspondant étranger », pour ainsi dire.

WFC 2022 Actualités WFC 2022 Blog World Floorball Championships 2022 WFC 2022 Men's WFC 2022
WFC starts in
Days
Hours
Mins
Fermer